NOUVELLES

Félicitations à nos quatre récipiendaires des bourses de rédaction 2020-2021 de l’ÉRIGAL !

L’ÉRIGAL est heureuse d’octroyer quatre bourses de rédaction d'une valeur de 2,500$ chacune pour l’année 2020-2021.

Nos récipiendaires ont des projets de recherche plus originaux et passionnants les uns que les autres :

Alice Bezerra de Mello Moura, étudiante au doctorat au département de sciences sociales appliquées à l’Université du Québec en Outaouais, travaille sur un projet est intitulé « La maison démolie par l’État : l’action politique des populations marginalisées face aux expulsions urbaines à Recife (Brésil) ».
Elle propose d’analyser les potentialités et les limites de l'action politique des populations marginalisées dans le contexte des expulsions forcées dans la ville de Recife au Brésil.

Andréanne Brunet-Bélanger, étudiante au doctorat au département de science politique à l’Université de Montréal, propose une comparaison du processus de traduction, dans les discours et les pratiques de différents pays, du principe de consentement préalable, libre et éclairé (CPLE), tel qu’énoncé dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Elle regarde plus précisément le rôle du système interaméricain de protection des droits de la personne dans la diffusion et la mise en œuvre du principe de CPLE.

Liam Dunbar, étudiant au doctorat au département de science politique à Concordia, s’intéresse à l'impact de la transition du néolibéralisme au néo-extractivisme en Bolivie sur la résistance anti-gouvernementale des organisations environnementales et autochtones. Il propose d’étudier dans quelle mesure certains facteurs propres au néolibéralisme et au néo-extractivisme ont influencé le développement de formes de résistance politique s’opposant à ces systèmes.

Enfin, Daniel Vasquez, étudiant au doctorat au département de science politique à l’Université de Montréal, analyse le rôle des intellectuels dans le système politique hondurien contemporain (1980-2019). Daniel argumente que que l’Amérique Centrale sert de pivot dans le développement de réseaux d’intellectuels latino-américains, à différents moments de l’histoire contemporaine. Il propose alors de questionner les interconnexions entre la sphère intellectuelle hondurienne et les réseaux intellectuels internationaux, en mettant en lumière les circulations et les échanges matériels et immatériels impliqués dans la production de savoir sur le politique.

Nous leur souhaitons beaucoup de réussite dans leur projet de recherche !